LE

Le CEMAT vous félicite, le caporal vous remercie

Retour
| 01 Août 2016 | 18045 vues

Je reçois également en héritage votre Code d’honneur que je fais désormais mien. J’y relève les mots d’Honneur et de Fidélité, mais également ceux de Solidarité, de Discipline, de Camaraderie, de Respect, de Loyauté …

 

Il y a quelques jours, la Légion étrangère clôturait, au son du Boudin, le défi lé à pied sur les ChampsÉlysées. “Hâte-toi lentement” disait l’empereur Auguste. C’est précisément l’image que dégagèrent ce matin-là les pionniers, la musique et la 13e Demi-brigade de Légion étrangère en descendant la plus belle avenue du monde de leur pas lent et martial, donnant l’impression d’un bloc que rien ne pouvait ni stopper ni disloquer. Me vinrent à l’esprit, quand je vous aperçus, ces vers du capitaine de Borelli parlant de sa Légion :

 

“Jamais Garde de Roi, d’Empereur, d’Autocrate, de Pape ou de Sultan : jamais nul régiment chamarré d’or, drapé d’azur ou d’écarlate, n’alla d’un air plus mâle et plus superbement.”

 

 

Le défilé du 14 juillet 2016 est venu clore une année particulièrement riche pour vous, du rapatriement de la Phalange magnifi que à la création de cinq unités élémentaires supplémentaires dans les autres régiments de Légion. Au total, cette
manoeuvre, qui sera totalement achevée en 2018, aura vu vos rangs gonfl er de plus de 2 000 hommes, soit un cinquième du renforcement de la force opérationnelle terrestre. Ce test grandeur nature de la réactivité et de l’adaptabilité de votre institution a permis au chef que je suis de mesurer à quel point l’impression de puissance collective qui se dégage de vous dans les défilés est également de mise dans l’accomplissement de votre devoir. La tâche était aride mais le défi fut relevé. Vous avez été au rendez-vous, un rendez-vous avec l’Histoire.

Votre fidélité à la mission vous a permis de mettre sur pied, dans des délais extrêmement courts, ces cinq compagnies supplémentaires et de les engager ensuite dans des missions opérationnelles, en particulier sur le territoire national. Votre esprit pionnier et votre rusticité ont rendu possibles la montée en puissance et l’installation de la 13 au Larzac dans des délais extrêmement contraints. Rien n’aurait été réalisé sans un engagement plein et entier de chacun d’entre vous, derrière vos offi ciers. Avec une sérénité de tous les instants mais au prix d’un travail que je sais acharné, vous avez démontré qu’on pouvait tout vous demander. Paraphrasant le maréchal de Mac Mahon à Magenta, je peux affirmer que lorsque la Légion est en marche, “l’affaire est dans le sac”.

Pour tout cela, le général vous félicite !

Lorsque, le 29 juin dernier, le général de division Jean Maurin, commandant la Légion étrangère, me remettait, au camp du Larzac, les galons de caporal d’honneur de la Légion étrangère, je mesurais l’honneur qui m’était fait d’appartenir désormais à votre grande et belle institution.

Honneur, fidélité ... C’est au général Rollet que la Légion doit cette devise inscrite en lettres d’or dans les plis de vos drapeaux et étendards. C’est au même Père Légion que l’on doit l’honorariat dont je suis aujourd’hui le fi er bénéfi ciaire.

Honneur, fidélité … En retour de l’honneur que vous me faites en m’accueillant comme l’un des vôtres, recevez ma fidélité ; fi délité à la Légion étrangère, à ses membres, à ses anciens, à ses blessés et à ses morts. Lamarana, Simi, Palade, Khapangi, Halili, Hetenyi(1), vos noms font aussi partie de l’histoire récente de la Légion à qui vous avez tout donné. Ce galon est imprégné de votre souvenir. Caporal comme vous, je me sens désormais de votre famille. J’en ressens une grande fierté, mais j’en mesure aussi la lourde responsabilité.

Je reçois également en héritage votre Code d’honneur que je fais désormais mien. J’y relève les mots d’Honneur et de Fidélité, mais également ceux de Solidarité, de Discipline, de Camaraderie, de Respect, de Loyauté … Des mots dont notre pays a tant soif, des valeurs que je partage pleinement. Je fais enfi n mien ce commandement que vous avez reçu du maréchal Canrobert à Sébastopol, commandement qui m’oblige comme il vous oblige tous : “À la bonne heure, braves légionnaires, servez d’exemple aux autres”.

Pour tout cela, le caporal vous remercie !

Général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’État major de l’armée de Terre